Published On:05-Jan-19

Trafic de tortue : Inscrit dans le Dinabe

Share This
TAGS

 

Ces derniers temps, la région Atsimo Andrefana connait une régression des actes de banditismes.  Grâce à l’effort conjugué des forces de l’ordre et des membres du Dinabe, le vol de zébus, jadis, fréquent dans ce district, a diminué ou presque disparu. Les coupeurs de route de Mahaboboka (RN7) ont cessé leur acte de banditisme.  Par conséquent, la population est ravie de la situation, puisqu’elle peut cultiver et travailler en toute quiétude. Vu les efficacités  de cette institution,  les règlements du  Dinabe ne se  sont plus seulement limités aux vols de zébus, aux meurtres et aux cambriolages. Le Dinabe s’occupe aussi maintenant des trafics de tortues, annonce le Colonel Rabe Jules. Du fait que les tortues deviennent de plus en plus des objets de trafic.  Or, que ces  animaux font partie  des espèces endémiques et protégées.  Il est temps maintenant, dit  le colonel, d’en prendre des mesures. D’ où, l’importance de ne pas laisser tout simplement cette affaire entre les mains des administrations étatiques en raisons des leurs défaillances devant la  corruption. Rappelons que le Dina est une convention, une entente, entre habitants d’une localité, d’un village. Il existait depuis la nuit des temps, bien avant l’état policier. Mais avec l’avènement de l’Etat de droit, le Dina s’est éclipsé.  Aujourd’hui, le Dina revient en force pour gérer la société. L’actuel  Dinabe est le fruit d’une synthèse de plusieurs  Dina, utilisés depuis longtemps dans la région Sud-Ouest. Ces dina avaient déjà fait leurs preuves avec des résultats plus ou moins  probants. En confectionnant son Dinabe, la vision de Rabe Jules serait la gestion de la région, axée aux résultats. Que ces résultats soient palpables et que la population vive en paix sans peur aux tripes chaque nuit et puisse vaquer librement aux travaux de développement.

Andry Zoum