Published On:02-Jan-19

Sur la place du 13 Mai ce jour : Rendez-vous ultime pour les partisans de la vérité

Share This
TAGS

 

C’est parti pour durer, au moins le temps que la Haute cour constitutionnelle mettra pour la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle. Les partisans de la « vérité » se donnent à nouveau rendez-vous ce jour sur le parvis de l’Hôtel de ville pour manifester contre les fraudes électorales.

Après la première mobilisation réussie du samedi 29 décembre passé, les partisans de la « vérité » se donnent à nouveau rendez-vous ce mercredi sur l’ancienne place du 13 Mai. Point n’est plus à rappeler que derrière cette mobilisation, il y a les contestations des fraudes électorales perpétrées par l’équipe du candidat Andry Rajoelina. Le peuple est déterminé à revendiquer la vraie vérité des urnes à l’issue du scrutin du 19 décembre passé. Le mot est ainsi passé à la Haute cour constitutionnelle, seule institution habilitée à « redresser » les fraudes et autres irrégularités constatées. Et là, il ne s’agit plus de « quelques manifestants payés » comme l’a décrit le président de la HCC lors du 1er tour, mais bien une masse compacte bien résolue.

A noter que les leaders de ce mouvement de contestation projettent d’installer, sur le parvis de l’Hôtel de ville, un écran géant pour que tout le monde puisse constater par lui-même les preuves des fraudes électorales perpétrées par l’équipe d’Andry Rajoelina, avec l’éventuelle complicité de la CENI et la mainmise de l’administration, du moins du ministre de l’Intérieur. Un grand déballage à ciel ouvert que nulle personne, nulle autorité et nulle institution ne pourra plus dissimuler aux citoyens. Cela va des bulletins de vote pré-cochés jusqu’au bourrage d’urnes, en passant par les manipulations des procès-verbaux et la corruption des agents de l’administration.

Disqualification

A noter que samedi passé, les manifestants, après les différentes prises de parole exposant les fraudes constatées lors du scrutin du 19 décembre, ont scandé « disqualification ». L’identité des auteurs de ces crimes n’est plus un secret pour personne. Comme principal accusé, il y a Andry Rajoelina, à qui profite le crime. Donc, c’est la disqualification d’Andry Rajoelina que veut le peuple. Et il faut dire qu’il y a une panoplie de charges qui pèsent contre lui.

Les achats de voix, la manipulation frauduleuse de la liste électorale, les fausses inscriptions sur les PV, le détournement de matériels électoraux sont autant de motifs d’inéligibilité et de perte des droits civiques. Tout cela a été constaté, preuves à l’appui, lors du scrutin du 19 décembre passé. Donc, tout ce que veut le peuple, c’est que la Haute cour constitutionnelle de Jean Eric Rakotoarisoa ne ferme pas les yeux sur ces faits, et qu’elle jugera en toute équité sur les requêtes déposées.

A noter sur le sujet que le délai de dépôt de requête n’a pris fin que lundi à 16h. D’après nos informations, l’équipe du candidat n°25, de simples citoyens, ainsi que des membres de la société civile, se sont soumis à l’exercice.

                                                                                                                                                                                                 M.Tsiferana.