Published On:04-Jan-19

Prix Rfi découvertes : Les artistes malagasy moins visibles

Share This
TAGS

 

Pour la dernière édition du Prix Rfi Découvertes, aucun nom d’artiste malagasy  n’a été trouvé, encore moins d’un de l’Océan indien. Ce sont  les  autres confrères africains qui ont été plus actifs. D’ailleurs, c’est le jeune chateur rwandais  Yvan Buravan  qui a été sacré lauréat de l’édition passée. En effet, lors de la 17e édition de cette compétition musicale, l’une des premières dans la zone de francophonie, deux jeunes femmes montantes de Madagascar ont été sélectionnées : Minah et Stella Afro. Mais leurs styles n’ont pas convaincu le jury qu’elles ont dû partir bredouilles de la compétition. Effectivement, si l’on revient à leurs parcours, Minah, baptisée Minah Bolimakoa, est une chanteuse qui fait de la musique traditionnelle mais largement fusionnée. Et pour Stella Afro, elle est plutôt dans le rock. Soit, la maturité de leur objectif n’a pas encore été définie.  En réalité, certains artistes tentent leur chance dans ce genre de concours d’envergure sans savoir vraiment les critères exigés. Ils oublient que les rythmes bien connus et qualifiés de modernes y sont rarement les bienvenus.

« L’originalité de la culture »

Le cas de ce prix est bien clair. La typicité a toujours été un point de rigueur. Mamy Ralaivita,  Régis Gizavo,  Njava, Senge, Rajery, Lalatiana, et Mikea ont hissé le fanion de ce pays dans les années 80, 90 et 2000. Cependant, avec le temps et le développement de la musique, la génération actuelle a omis l’importance de la culture dans la musique. Les candidatures deviennent de plus en plus hors contexte. Sans avoir à tous les citer, les propositions malagasy ne portent plus les couleurs jadis tant considérées. Si les noms précités ont pu être à l’apogée de ce concours, c’est parce qu’ils ont défendu leurs cultures. L’originalité de leurs œuvres a conquis le jury à la conquête de musique unique et remarquable parmi des milliers. De ce fait, l’édition 2019 du Prix Rfi Découvertes sera une épreuve pour les artistes malagasy qui se voueront à sauver l’honneur de Madagascar. Espérant qu’une autre surprise n’attende pas les habitués de cette compétition.

D.G.Soamamy