Published On:05-Jan-19

Dette publique : 4,5 milliards de dollars USD à fin 2018

Share This
TAGS

 

Soutenable ! Tel est le qualificatif de la situation de la dette publique malgache à la fin de l’exercice fiscal 2018. Le Trésor public a comptabilisé la dette malgache à hauteur de 14 933,6 milliards d’ariary, soit environ 4 503,5 millions de dollars, ce qui représente 36,8% du Produit Intérieur Brut (PIB). Le taux d’endettement de Madagascar est tout à fait soutenable, explique le ministre des Finances et du budget Vonintsalama Andriambololona, car d’autres pays comme la France présente un taux d’endettement de 100% de son PIB. Ce qui a été remarqué pour cette fois-ci, c’est que cette dette a été majoritairement concessionnelle. Ainsi, la dette extérieure, majoritairement concessionnelle, constitue 76,7% du portefeuille de la dette publique, dont 51,6% et 30,0% sont exposés au dollar américain (USD) et à l’euro (EUR) respectivement, rapporte le Trésor public. En outre, les risques de refinancement et les risques de taux d’intérêt proviennent principalement de la dette intérieure qui est composée essentiellement de Bon du Trésor par Adjudication (BTA) à court terme et à taux d’intérêt élevé. Le gouvernement central a donc respecté la Stratégie de la dette à moyen terme (SDMT) 2018-2020 où le portefeuille de la dette extérieure est constitué à 93,4% d’emprunts concessionnels. Toutefois, ce portefeuille de la dette de l’Etat reste exposé aux risques, à la fois de taux d’intérêt et de refinancement, d’après le Trésor public. Rappelons que Madagascar a eu recours à l’emprunt commercial auprès de la Deutsche Bank de 40 millions USD, soit environ 128,3 milliards MGA pour assurer la restructuration de la compagnie Air Madagascar. En outre, Madagascar a aussi émis des titres publics domestiques, le plus souvent de court terme et à un taux d’intérêt élevé, pour assurer le financement du déficit et le règlement des arriérés vis-à-vis des créanciers privés.

Maximisation de l’emprunt à taux concessionnel

 

La SDMT 2019-2021 préconise une maximisation du recours aux emprunts extérieurs concessionnels, souligne le Trésor public dans le document. Cette option est la moins chère avec un niveau de risque acceptable. Elle est en phase avec les objectifs de gestion de la dette. Les valeurs cibles fixées visent à maîtriser le coût de la dette, les risques de refinancement, de taux d’intérêt et de liquidité à fin 2021, toujours d’après les explications fournies. Toutefois, la dette publique de Madagascar reste sensible à la variation des taux de change. La stratégie d’endettement, à elle seule, ne suffit pas pour assurer un niveau d’endettement public stable pour l’Etat ; tout accroissement du déficit primaire signifiant augmentation de la dette, conclut le Trésor public. La mise en œuvre de cette nouvelle stratégie d’endettement « nécessite la poursuite d’une politique budgétaire rigoureuse en matière de dépenses mais surtout l’intensification des efforts dans l’amélioration du taux de recouvrement des recettes afin d’accroître la capacité financière de l’Etat », rapporte la SMDT 2019-2021.

Racl.R