Published On:04-Jan-19

Besarety : Quand les « mpanendaka » sont armés

Share This
TAGS

 

Il ne se passe un jour sans qu’une plainte pour maraudage ou pickpocket se fasse entendre. Cette facette de l’insécurité prend de l’ampleur et gangrène totalement le quotidien de la population. Effectivement, les gens détestent se trouver dans la rue, au marché ou encore dans le bus et se mettent toujours sur leurs gardes. Alors qu’actuellement, c’est tout à fait cela. Mais la situation est encore pire quand les « mpanendaka » ne se contentent plus d’avoir un couteau et de menacer leurs cibles avec. Ces voyous sont actuellement armés, ce qui les rendent encore plus audacieux que jamais. Comme le cas qui est survenu dans le quartier de Besarety dans la nuit du mercredi 2 janvier dernier, où trois jeunes hommes ont été attaqués par sept maraudeurs armés. Selon les informations recueillies, les trois jeunes gens rentraient d’une soirée en taxi. Quant aux maraudeurs, ils se trouvaient déjà sur les lieux. Ainsi, dès qu’ils ont aperçu les trois hommes descendre du taxi, ils se sont approchés, tout en sortant une arme, un pistolet automatique selon une source. Leur but était justement de dépouiller les trois jeunes hommes, sauf que ces derniers ont réussi à entrer dans leur propriété, que les « mpanendaka » n’ont pas réussi à faire quoi que ce soit. Pourtant, ils ne se sont pas contentés d’en rester là et de trouver d’autres victimes. Plus déterminés que jamais, les maraudeurs ont traqué les trois individus jusque chez eux. Ainsi, le maraudage s’est transformé en cambriolage durant lequel les bandits ont pris la fuite avec la somme d’un million d’ariary et des téléphones portables. A noter que les sept voyous étaient tous cagoulés.  Le quartier  de Besarety fait partie des quartiers classés rouges en termes d’insécurité. Face à cette situation, les habitants n’ont aucun recours que de déposer plainte, de vivre avec, et de prendre leurs précautions. Certains décident seulement de rentrer tôt le soir, pour ne pas croiser le chemin de ces bandits.

Njara Fih